Mustapha Azeroual & Alix Curan

Get off at Mantes-la-Ville station, an hour away from Paris on the J train. Following that, drive about 15 minutes and you will reach Mustapha Azeroual and Alix Curan’s secluded country house made from stone. On the way, as the discussion veers towards recent events, Mustapha interjects, “I didn’t know that. I stopped listening to the news two months ago.” The pace and proliferation of world news seem to have little influence on the relationship and time demanded to the 19th century photographic printing process of gum bichromate; the heart of Mustapha’s inner musings. While discussing his background and upcoming artistic projects, he explains his interest in this very particular photographic technique that offers him more possibilities with every new trial.

Alix joins in on the conversation and expresses her interest in offering Mustapha critical feedback and a new perspective on his work. From an education in the arts, a twist of events brought her to work in real estate. Their two careers strangely resemble a reversed mirror. On the one hand, there is an engineer turned self-made photographer with a disregard for the invisible barrier formed by the rules of art history. On the other, an aspiring painter, in love with flea markets and second-hand objects who today helps clients through the minefield of real estate regulation. Moving from the 11th arrondissement in Paris, Mustapha and Alix traded this urban lifestyle in for the quieter rural setting of Rosay. Here they find their balance as a pair in a house that has been progressively designed to reflect themselves and defies a singular aesthetic.

This portrait is part of our ongoing collaboration with ZEIT Online who present a special curation of our pictures on their site.

Mustapha, what were the steps that led you to become an independent photographer today?
Mustapha: I have a scientific education and worked for several years in consultancy firms as a project manager. Photography was a passion. I might have started late, but I am happy that it has today become my job. It is with the members of the collective Atelier 22, who supported me, that I learned the basics of commissioned work. I have done architecture, interior design, advertising and studio photography.

I started taking pictures ten years ago with my first camera. Four years later, I was working as an assistant for Atelier 22, learning on the job. After a year as an assistant, I was able to take on my first commissions, that I have combined with my own work ever since. Since 2012, things are picking up. I am affiliated with a gallery in Beirut and I’m starting to participate in several international art fairs. The ultimate target for me is being able to dedicate myself to my research work.

How did you start working with the printing process of gum bichromate?
Mustapha: After a meeting with a photograph who used that type of developing process and pinhole cameras, I took closer interest. I was attracted to silver film, and when I discovered gum bichromate, I was fascinated by the possibilities that the process opened up. The ability to manipulate the image and to reinterpret it was in line with my approach to images. I am quickly bored with photography in direct vision. I favor abstraction while trying to forget what I saw to blur the lines, to be in the unseen or try to make certain things appear.

What exactly is a gum bichromate photographic process?
Mustapha: It’s an emulsion made from pigments. In this case graphite powder and black for fresco, gum arabic which is a binder, and potassium bichromate which makes the gum sensitive to UV. It is put on printing paper and then must dry in the dark because the emulsion is sensitive to light. Once dry, it is exposed to a UV lamp. Gum bichromate is a very flexible process that can be used to print in one go, or in my case, in several layers to obtain more nuances in the image.

What is your work process? How do you imagine a new project?
Mustapha: My projects are mostly based on an initial reflection, before shooting. I think of my image as a final modified object. The process must be above all at the service of the image, and not the other way around. Depending on the project, I then choose different development processes, however, I always shoot on film. The shooting itself is only one step in the project, then followed by different printing techniques and alterations.

Are these “alterations” are what you’re looking for? It appears that in developing phase you are continuing the recording process and that the image captured acts as a basis for further work.
Mustapha: It is indeed completely part of my work process. This process is extremely rich in the interpretation stage, so too, the directions the various possible directions one can take with the image. The more the final image appears, the further away I move away from the original captured image. During the print process, the image becomes less sharp and becomes less and less detailed. I select my paper depending on the type of outcome I want to obtain. I like the matt quality of paper and how it holds through several baths.

It’s very useful to have a lab at home. Have you always had one?
Mustapha: To be honest, I hadn’t had one for a long time. In Tours, my hometown, I didn’t have a problem with space. But when I moved to Paris, things got complicated. I started a residency at the Capsule in le Bourget. I turned the room with its vaulted ceiling into a lab. It apparently once housed a Franco-Belgian bar. The date August 16th 1978 was even carved in the stone.

My current lab is good for small developments but I quickly run out of space when I need to work with larger formats. To develop my personal projects further, I was fortunate to get a residency for two years in Mantes, in a cultural centre that had a space with all the necessary equipment.

You seem very proactive in contacting galleries and clients. How do you approach this business side of your work, when you’ve only been in this sector for a short time?
Mustapha: I improvise a little. I put together a portfolio that I sent to galleries and I managed to get several interviews. Contacting exhibition venues or finding commissions has never come naturally to me. It’s trial and error and I learn as I go. I do some intense research to find residencies and production grants, which can be difficult given my unusual background, without any formal artistic education. Now having produced my first few shows I have gained experience with exhibitions and I feel more legitimate and confident to go beyond the formal format of a CV.

Alix, what attracted you both to Rosay?
Alix: We were living together in the 11th arrondissement in Paris and we wanted more space. We looked at alot of places in Paris, and progressively we looked further away towards the West of the city. I grew up in the area and I know it well. We found the house in Rosay by chance. Three years ago, we decided to visit this house that was withering away and was uninhabited for several years. We liked it and saw it as a project with which we could bring our own personal touch. It is charming, with a nice garden, a private front yard and an interesting set up of different terrace levels around the house.

How did you imagine it when you moved in?
Alix: When we got here, I already had a lot of objects and furniture found in flea markets that I had accumulated for a decade. I started second-hand shopping when I was around 15. In Paris we had little space, and therefore few things. Once here, I was able to unpack almost all my boxes. Every object I find is dear to me, whether small or large. I should probably sell a few to free up some space. I’ve never thought of interior design in terms of style or an overall ensemble. I surround myself with objects I like. I don’t like an exclusive single period or style aesthetic. I’d rather mix objects from the 1960s and 1980s so they can respond to each other. That’s the spirit of “brocante” – buying items from a flea market.

Where does that taste for flea markets and secondhand shops come from?
Alix: My mother used to take my sister and I to antique shops, and taught us to flip an object upside-down, to see where it came from. All three of us now share this passion. My mother recently discovered the Internet and eBay. Since then, she spends a lot of time online and goes to antique sales less and less. She could have been a home decorator because she has a real sense of colors and materials, and an artistic sensibility. She transmitted it to us. About a year after we moved into the house, we would go to a couple of garage sales every weekend in the area. My parents have a house in the Vosges region and when we visit them, it’s also an occasion to go to garage sales. These days I go on the weekends when I find the time.

Do you have a specific idea in mind or particular objects you look for before you arrive?
Alix: Not at all. I try to asses every object I find. When it’s a new one, I imagine it with others to make sets. There are a lot of self composed series’ and collections in the house.

Alix, would you say you and Mustapha share the same tastes in terms of home decoration? Or does one of you leave their touch more than the other on the interior design?
Alix: At first Mustapha didn’t go to second-hand sales. Now we go together. We each have a look around on our own and in the end we share what we each like and decide what to buy.

When you were talking about artistic sensibility, you mentioned you developed it during your studies. How did the change from art school to your present career in real estate come about?
Alix: It’s true I studied Arts at school, followed by a program at Penninghen, and then a degree in Decorative Arts. It was an extremely fascinating program, during which I became interested in faux wood and marble. But once my studies came to an end, I didn’t know how to put that knowledge to use. Things came by chance. I wouldn’t know exactly how to explain it, it’s a bit like my objects, I feel anxious at the thought of talking about it. It is quite personal and putting words to it stresses me out.

After my studies, I wanted to work and be independent very fast. I started working with my parents who had a real estate agency, while waiting to find painting work. In the end I got hooked and I’ve stayed. I have since worked in real estate for the past six years.

Do you share your creative opinions with Mustapha?
Alix: I am envious of Mustapha, because as a self-made photographer, he has a more detached vision of art history and conventions. Certainly my education enables me to analyse works of arts, but it also gives me the feeling of being constrained. The subjects of my work were often too focused on researching and trying things out, as opposed to the finished work.
Mustapha: But thanks to that, I can often ask your opinion! You have a very precise and direct view on things. You can identify what doesn’t work in a picture or a composition and your opinion often helps me move forward!

Thank you for this charming afternoon out of the city in your calm and relaxing home. You can discover Mustapha’s photographic work here.

Photography: Fred Lahache
Interview & Text: Léa Munsch
Translation: Geraldine Satre Buisson

Débarquer sur le quai de Mantes la ville, à une heure de Paris, avec un train de la ligne J, il faut ensuite rouler une quinzaine de minutes pour arriver chez Alix Curan et Mustapha Azeroual. Durant le trajet, alors que la discussion portait sur des événements récents, il lance directement « je n’étais pas au courant. J’ai arrêté d’écouter les informations il y a deux mois. » Le rythme et la densité des nouvelles du monde, ne semblent avoir que peu de prise sur le rapport au temps imposé par le procédé de développement photographique au centre de la réflexion de Mustapha, la gomme bichromatée. Il évoque son parcours et l’intérêt qu’il porte à cette méthode, dont il découvre toujours les nombreuses possibilités au fil de ses essais.

Alors qu’il explique clairement sa méthode de travail, Alix le rejoint. De formation artistique, le hasard des choses, l’a menée à une carrière dans l’immobilier. Le parcours des deux ressemble étrangement à un miroir inversé. Avec d’un côté un ingénieur passé photographe autodidacte faisant fi de la barrière invisible des règles de l’histoire de l’art. De l’autre une peintre décoratrice en devenir, passionnée de brocante qui accompagne aujourd’hui des clients dans le maquis du droit immobilier. Ils trouvent leur équilibre à deux dans une maison qu’ils façonnent peu à peu à leur image.

This portrait is part of our ongoing collaboration with ZEIT Online who present a special curation of our pictures on their site.

Quel a été ton itinéraire pour être aujourd’hui photographe indépendant ?
Mustapha: J’ai une formation scientifique et ai exercé pendant plusieurs années dans des bureaux d’études en tant que projeteur ou chargé de projet. La photographie était une passion. Certes je m’y suis mis « tard » mais je suis heureux d’en faire mon métier aujourd’hui.
C’est avec les membres du collectif atelier 22, qui m’ont épaulé, que j’ai appris les rudiments du travail de commande. J’ai fait de la photographie d’architecture, de décoration, de la pub, du studio. J’ai commencé à prendre des photos, il y a dix ans avec mon premier appareil. Quatre ans plus tard, je travaillais en tant qu’assistant pour atelier 22, j’apprenais sur le tas. Après une année d’assistanat, j’acceptais mes premières commandes que j’allie ponctuellement depuis avec mon travail personnel. Depuis 2012, les choses s’accélèrent pour moi, je suis représenté par une galerie à Beyrouth, et commence à participer à des foires internationales. L’objectif espéré étant de pouvoir me consacrer à mes recherches.

Comment as-tu commencé à travailler avec la gomme bichromatée?
Mustapha: C’est suite à une rencontre avec un photographe qui utilisait ce type de procédé de développement et le sténopé, que je m’y suis intéressé de plus près. J’étais attiré par l’argentique et lorsque j’ai découvert la gomme bichromatée, je suis resté interloqué par les possibilités qu’offrait le procédé. La capacité d’intervenir sur l’image, de la réinterpréter faisait écho à mon rapport à l’image. Je me lasse rapidement d’une image avec une lecture directe. Je privilégie l’abstraction en essayant d’oublier ce que j’ai vu dans le but de brouiller les pistes, d’être dans ce que je ne vois pas ou de faire apparaître des choses.

Qu’est ce exactement que le procédé de la gomme bichromatée ?
Mustapha: C’est une émulsion à base de pigments (ici de la poudre de graphite et du noir pour fresque), de gomme arabique (un liant) et de bichromate de potassium (rend la gomme sensible aux UV) qui est apposé sur le tirage papier. Il doit ensuite sécher dans le noir car l’émulsion est sensible à la lumière. Une fois sec on l’insole avec une lampe UV. La gomme bichromatée est un procédé très flexible qu’on peut tirer en une fois ou comme moi, en multi couches pour obtenir plus de nuances dans l’image.

Quel est ton processus de travail ? Comment imagines tu un nouveau projet ?
Mustapha: Mes projets se fondent essentiellement sur une réflexion en amont, avant toute prise de vue. Je pense mon image comme objet final modifié. Le procédé doit servir l’image avant tout et non l’inverse. Selon le projet, je m’orienterai alors vers différents procédés de développement mais toujours avec une prise de vue à l’argentique. La prise de vue est uniquement un motif à un moment. Ce ne sera qu’une étape du projet puisqu’après suivent les différents tirages et les altérations qu’ils engendrent.

Les « altérations » c’est cela que tu recherches ?
Est ce qu’on peut dire qu’au développement tu poursuis l’enregistrement de l’image ? Que l’image que tu as capturée en déclenchant n’est qu’une base de travail ?
Mustapha: Effectivement, cela fait complètement partie de mon processus de travail. Ce procédé est extrêmement riche au niveau de l’interprétation de l’image et des orientations qu’il est possible de lui donner. Plus l’image apparaît plus on s’éloigne de l’image initiale. Au fil des expositions du tirage, l’image s’érode et perd en détails.
Je choisis mon papier en fonction du rendu que je veux obtenir. J’aime l’aspect mat du papier et sa tenue au fil des différents lavages.

C’est très pratique d’avoir un laboratoire dans la maison. En avais-tu un précédemment ?
Mustapha: A vrai dire je n’en avais pas eu depuis un certain temps ! A Tours, ma ville natale, je n’avais pas de problème d’espace mais lorsque je me suis installé à Paris, les choses se sont compliquées. J’ai alors commencé une résidence à la Capsule au Bourget. La voûte transformée en laboratoire accueillait auparavant un bar d’amis « franco belges », la date du 16 août 1978 est même gravée dans la pierre. Mon laboratoire est pratique pour les petits tirages mais je me retrouve vite à l’étroit quand je passe sur des grands formats. Pour pouvoir développer mon projet, j’ai obtenu une résidence de deux ans à Mantes dans un centre culturel avec un local équipé.

Tu sembles très proactif dans le contact avec les galeries et le démarchage. Comment approches tu cet aspect «business» de ton travail, alors que tu côtoies cet univers que depuis peu ?
Mustapha: J’improvise un peu. J’ai compilé un book que j’ai envoyé à des galeries et ai réussi à obtenir plusieurs rendez-vous. Que ce soit pour contacter des lieux d’exposition ou pour trouver des commandes, le démarchage n’est pas quelque chose de naturel pour moi, j’y vais à tâtons et j’apprends en faisant. Je mène un travail de fond pour trouver des résidences et bourses de production, ce qui peut s’avérer compliqué avec mon parcours atypique, sans formation artistique dans mon cursus. Aujourd’hui avec des expériences d’expositions à mon actif, je me sens plus légitime dans ma démarche et confiant pour dépasser le cadre formel du cv.

Comment êtes vous arrivés à Rosay ?
Alix: Nous habitions ensemble dans le 11e arrondissement de Paris et voulions plus d’espace. Nous avons fait beaucoup de visites à Paris et petit à petit notre champ de recherche s’est agrandi vers l’Ouest parisien. J’ai grandi dans la région et la connais assez bien. La maison de Rosay est un hasard. Il y a trois ans, nous avons visité cette maison qui baignait dans son jus et n’était plus habitée depuis plusieurs années. Elle nous a plu car on y voyait un projet sur lequel on pouvait mettre notre touche. Elle a un charme avec un beau jardin, une cour sans vis-à-vis et une configuration avec différents niveaux de terrasses autour de la maison.

Comment l’avez vous imaginée quand vous vous êtes installés ?
Alix: En arrivant j’avais déjà beaucoup d’objets et de mobilier issus de mes trouvailles dans des brocantes, accumulées depuis une dizaine d’années ! (j’ai commencé à chiner vers l’âge de 15 ans) A Paris, nous avions peu de place donc peu de choses. En arrivant ici, j’ai pu (quasiment) tout sortir de mes cartons. Je tiens à chacun des objets que je chine, petit ou grand. Il faudrait sûrement que j’en vende quelques uns pour faire de la place.
Je n’ai jamais pensé la décoration en termes de style ou d’ensemble. Je m’entoure d’objets qui me plaisent. Je n’aime pas le total look avec uniquement des pièces d’une période. Je préfère mélanger des objets des années 1960 et 1980 pour qu’ils dialoguent. C’est ça l’esprit brocante. Je stocke des cartons chez mes parents et régulièrement j’en profite pour modifier la décoration, ajouter de nouvelles pièces ou les changer de place.

D’ou vient ton goût pour chiner dans les brocantes ? Y vas-tu régulièrement ?
Alix: C’est ma mère qui nous a souvent emmenées ma sœur et moi, chez les brocanteurs, à Emmaüs et nous a appris à retourner les pièces pour voir leur provenance. On partage maintenant cette passion toutes les trois. Il y a peu, ma mère à découvert internet et ebay. Depuis, elle y passe beaucoup de temps et fréquente moins les brocantes. Elle aurait pu être décoratrice car elle a un vrai sens des couleurs, des matières et une fibre artistique. Elle nous a transmis cette sensibilité.
Pendant un an en arrivant dans la maison, nous faisions au moins deux brocantes par week-end dans les environs. Mes parents ont une maison dans les Vosges alors quand on leur rend visite, c’est aussi une occasion de faire les brocantes. En ce moment j’y vais le week-end lorsque j’en ai l’occasion.

Est ce que tu y vas avec une idée précise en tête ?
Alix:Pas du tout. J’essaie d’apprécier les objets que je découvre. Lorsque c’est un nouvel objet, je l’imagine avec d’autres pour faire des ensembles. Il y a beaucoup de séries ou collections dans la maison.

Partagez vous les mêmes goûts en matière de décoration ? Ou l’un de vous deux laisse t-il plus sa patte sur l’intérieur de la maison ?
Alix: Au début Mustapha ne chinait pas. Maintenant on y va ensemble, on recherche chacun de notre coté puis à la fin de notre tour, on partage ce qui nous a plu pour décider ce qu’on achète.
Mustapha: j’ai même osé lui offrir une pièce que j’avais trouvée !

Alix tu parlais de fibre artistique. Tu l’as développée avec tes études mais comment s’est profilé le changement de voie entre l’école d’art et ta carrière actuelle ?
Alix: J’ai effectivement fait un bac arts appliqués, suivi d’un cursus à Penninghen et une formation de peinture décorative. C’était une formation extrêmement passionnante pendant laquelle je me suis intéressée au faux bois et au marbre. Mais une fois les études terminées, je ne savais pas comment j’allais mettre à profit ce savoir…Les choses se sont faites par hasard. Je ne saurais pas vraiment l’expliquer, c’est un peu comme pour mes objets, je me sens angoissée à l’idée d’en parler. C’est un univers personnel et mettre des mots dessus me stresse. Après mes études, j’avais envie de travailler et d’être indépendante rapidement. J’ai commencé avec mes parents qui avaient une agence immobilière en attendant de trouver des chantiers de peinture. Au final, je me suis prise au jeu, et depuis 6 ans je suis dans l’immobilier.

Est ce que vous échangez avec Mustapha sur des points de vue créatifs ?
Alix: J’envie beaucoup Mustapha car en tant qu’autodidacte il a une vision plus détachée de l’histoire de l’art et des conventions. Ma formation me permet certes d’analyser des œuvres mais elle a créé chez moi la sensation d’être bridée, alors que mes thèmes de travail tournaient souvent autour de l’essai, la recherche, le travail non fini et sa portée.
Mustapha: Mais grâce à ça, je te demande souvent ton avis !
Tu as une vision très précise et directe des choses. Tu arrives à cibler ce qui ne fonctionne pas dans une image, une composition et ton avis me permet souvent d’avancer !

Merci Mustapha et Alix pour ce sympathique après-midi dans votre charmante maison en dehors de la ville. Vous pouvez retrouver les photos de Mustapha sur son website.

Photographie: Fred Lahache
Interview & Texte: Léa Munsch[:pt]

Not ready to join yet? 👀